impressum réagit au rapport du Conseil fédéral sur le service public

Rapport du Conseil fédéral d’analyse de la définition et des prestations du service public de la SSR compte tenu de la position et de la fonction des médias électroniques privés

impressum: Le service public doit renforcer davantage la qualité journalistique et la diversité

A la lecture du rapport du Conseil fédéral sur le mandat de la SSR, impressum, la plus grande organisation professionnelle de journalistes en Suisse,

  • salue le fait qu’au moins 50% des redevances doivent être utilisées pour l’information journalistique et que le Conseil fédéral apprécie globalement le travail journalistique,
  • partage le point de vue selon lequel le financement actuel de la SSR pour l’heure doit être maintenu,
  • soutient qu’à l’avenir  des «pure players» puissent être financés par la redevance, ainsi aussi les «pure players» privés participeront-ils de manière équitable au produit de la redevance,
  • souhaite que la qualité déontologique dans le journalisme soit assurée, s’indigne du salaire minimum ayant cours chez certains médias privés financés par la redevance,
  • propose que le mandat d’intégration soit plus orienté vers l’avenir.

Le Conseil fédéral considère l’information journalistique comme étant la prestation la plus importante des médias financés par la redevance. impressum partage ce point de vue et salue l’estime que le Conseil fédéral accorde dans tout le rapport aux prestations journalistiques ainsi qu’à la différenciation au sein de la SSR et des médias privés financés par la redevance.

impressum salue toute initiative qu’elle soit privée ou publique qui permette un journalisme indépendant et encourage la diversité. Actuellement impressum est d’avis qu’un démantèlement du service public dans le domaine journalistique entraînerait un vide que les médias privés ne pourraient pas combler complètement.

A ce sujet, le directeur d‘impressum, Urs Thalmann, déclare: „Dans l’environnement actuel, certaines entreprises de médias privés essaient de s’inventer un avenir en dehors du journalisme. Le service public médiatique doit donc d’autant plus assurer une offre de base dans l’information journalistique, essentielle à notre démocratie. Lui retirer maintenant les moyens financiers nécessaires serait fatal; c’est pourquoi impressum salue le maintien du financement  actuel dans cette phase de mutation. Nous trouvons équitable le fait que la SSR doive allouer au moins 50% du produit de la redevance au journalisme, mais ainsi seuls les moyens actuels restent garantis. Or on pourrait faire plus: preuve en est, les émissions d’informations atteignent les taux d’audience les plus importants de toutes les offres de la SSR“.

De même impressum partage l’avis du Conseil fédéral selon lequel la SSR doit entreprendre des efforts pour remplir son mandat d’information auprès des catégories de population les plus jeunes. Ainsi impressum apprécierait que de nouvelles et futures formes de segmentations de la société soient comprises dans le mandat d’intégration. A ce égard, l’institut Gottlieb Duttweiler rend attentif à la segmentation de cercles fermés d’opinion par des „Filter-Bubbles“ dans les réseaux sociaux. (Öffentlichkeit 4.0, GDI 2016, http://gdi.ch/de/Think-Tank/Studien/Oeffentlichkeit-4.0/725).

Le Conseil fédéral formule une nouvelle direction pour les «pure players». A ce sujet, Urs Thalmann déclare: „Il faut saluer qu’à l’avenir de «pure players» - cela vaut aussi pour les «pure players» privés - puissent aussi bénéficier du financement par la redevance, dans la mesure où ils apportent des prestations journalistiques de qualité où le public est au rendez-vous“.

Bien que le rapport souligne à juste titre les standards élevés en matière journalistique et qu’il pose aussi des hautes exigences, impressum critique  cependant que ni la „Déclaration des devoirs et des droits des journalistes“ ni le Conseil suisse de la presse, tous deux reconnus officiellement par la SSR,  n’y figurent. Pour renforcer la confiance à l’égard de la SSR, ainsi que développer celle nourrie à l’égard de médias privés financés par la redevance, on pourrait davantage faire appel à ces mécanismes qui ont fait leurs preuves.

Par ailleurs, impressum s’indigne que les médias privés financés par la redevance ne soient pas rappelés à leurs devoirs en matière de conditions de travail. Urs Thalmann, à ce sujet: „Le rapport pose avec raison des exigences qualitatives élevées aux journalistes pourtant, ce salaire de 4'000.- Frs est indigne  au vu de la responsabilité des collaborateurs de médias dans la société. Le Conseil fédéral devrait aussi exiger avec vigueur des médias privés des conditions de travail équitables.

Agenda

Samstag, 14. März 2020

Zürich

En savoir plus

L'âge d'or du photojournalisme, une exposition à Photobastei Zurich

28.11.2019 - 15.03.2020

En savoir plus

Vendredi, 20 mars 2020 à Fribourg

En savoir plus

06.02. - 29.03.2020

En savoir plus

"Vidange" une expo de collègue Jean-Paul Guinnard

du 15.01.-04.04.2020

En savoir plus

Exposition au Musée d'histoire naturelle de Neuchâtel

jusqu'au 05.04.2020

En savoir plus

29.01. - 03.05.2020 au musée de l'Elysée à Lausanne

En savoir plus

Sessions spéciales "Droits des femmes"

5 au 13 mars 2020

18 au 26 juin 2020

17 au 25 septembre 2020

En savoir plus

Newsletter