Retrait de Tamedia de la médiation du Conseil d’Etat vaudois : Jusqu’où ira le mépris, l’arrogance et l’irresponsabilité de l’éditeur zurichois?

Les Rédactions romandes de Tamedia

impressum – Les journalistes suisses

syndicom – syndicat des médias et de la communication

Communiqué commun

 

Retrait de Tamedia de la médiation du Conseil d’Etat vaudois : Jusqu’où ira le mépris, l’arrogance et l’irresponsabilité de l’éditeur zurichois?

Les collaborateurs des rédactions romandes de Tamedia ont appris ce soir, via un communiqué, le retrait de l’éditeur zurichois de la médiation débutée le 6 juillet dernier sous l’égide du Conseil d’Etat. Une décision unilatérale, prise sans en avoir informé en amont les différentes parties et basée sur un mensonge. Il est en effet faux d’affirmer que les Rédactions romandes ont donné leur accord à la fin de la version imprimée du Matin Semaine. Elles y ont été contraintes par l’inflexibilité de Tamedia. Détourner ainsi la vérité est indigne d’une entreprise de presse.

Après l’annonce brutale et sans concertation de la fin du Matin Semaine et d’une quarantaine d’emplois supprimés, après une consultation alibi qui n’a servi à Tamedia qu’à balayer d’un revers de main toutes les alternatives proposées par les Rédactions romandes à son plan de destruction du quotidien orange, l’éditeur montre cette fois qu’il ne méprise pas seulement ses employés et les lecteurs de ses titres mais aussi les pouvoirs publics.

C’est en effet à la suite de l’intervention des Conseils d’Etat vaudois et genevois que les collaborateurs de Tamedia, en grève depuis deux jours et demi, avaient accepté de suspendre leur mouvement de protestation et de reprendre le chemin de leurs rédactions. Un geste important de conciliation qui répondait à deux engagements de leur éditeur: la suspension des licenciements et un retour à la table des négociations afin de trouver, ensemble, des solutions pour sauver des emplois. Or force est de constater qu’une fois encore Tamedia n’a pas tenu son engagement. Après deux semaines de séances de travail où il s’est borné à refuser toutes les propositions faites par la délégation du personnel, il met violemment fin à la médiation. Une décision particulièrement indécente puisqu’elle intervient la veille du dernier jour de production du Matin Semaine.

Si les Rédactions romandes ne sont pas étonnées par le ton arrogant et brutal du communiqué, tant c’est l’attitude adoptée par les représentants de Tamedia depuis le début de cette crise lors des diverses séances, elles sont toutefois stupéfaites de cette décision. Vendredi dernier encore, devant le Conseil d’Etat vaudois, Serge Reymond, directeur des médias payants, avait accepté de poursuivre la discussion à propos de l’avenir de la marque orange. Il s’était même engagé à augmenter le nombre de postes au matin.ch afin de diminuer la casse sociale et avait accepté une nouvelle séance avec Nuria Gorrite et Philippe Leuba début août pour discuter de cette question. La perspective de devoir payer un mois de salaire supplémentaire aux quarante personnes licenciées a eu raison de ses fausses promesses. Alors même que Tamedia a fait 170 millions de bénéfices l’an dernier.

Les Rédactions romandes prennent note que le dialogue social est définitivement rompu à Tamedia et que l’éditeur préfère pousser ses collaborateurs aux dernières extrémités plutôt que de s’asseoir à une table pour dialoguer.

Agenda

Samstag, 14. März 2020

Zürich

En savoir plus

L'âge d'or du photojournalisme, une exposition à Photobastei Zurich

28.11.2019 - 15.03.2020

En savoir plus

Vendredi, 20 mars 2020 à Fribourg

En savoir plus

06.02. - 29.03.2020

En savoir plus

"Vidange" une expo de collègue Jean-Paul Guinnard

du 15.01.-04.04.2020

En savoir plus

Exposition au Musée d'histoire naturelle de Neuchâtel

jusqu'au 05.04.2020

En savoir plus

29.01. - 03.05.2020 au musée de l'Elysée à Lausanne

En savoir plus

Sessions spéciales "Droits des femmes"

5 au 13 mars 2020

18 au 26 juin 2020

17 au 25 septembre 2020

En savoir plus

Newsletter