Tamedia doit verser ces excédents aux "41 du Matin"

Les résultats financiers de Tamedia sont tombés: des recettes de 130 millions de francs tandis que Tamedia n’investit pas dans les rédactions et n’a toujours pas offert de plan social digne de ce nom aux « 41 du Matin ». Chaque mois supplémentaire pour les 41 du Matin, cela ne ferait que environs 0,3% du bénéfice de Tamedia. impressum dénonce le fait que Tamedia préfère dépenser de l’argent en arbitres au lieu d’offrir une solution juste de plan social aux « 41 du Matin ».

Protestes contre la fermeture de "Le Matin" devant la "Tour Edipresse" à Lausanne le 4 juillet 2018. Photo: uth/impressum

Protestes contre la fermeture de "Le Matin" devant la "Tour Edipresse" à Lausanne le 4 juillet 2018. Photo: uth/impressum

Ce jour, le 12 mars 2019, Tamedia a annoncé ces recettes. Un revenu net de 130 millions, et un résultat d’exploitation de 132 millions. impressum est d’avis que l’excédent de recettes ne doit pas aller aux actionnaires mais aux rédactions et en particulier les licenciée, dont les « 41 du Matin », qui n’ont toujours pas de plan social depuis 9 mois. Par rapport aux bénéfices de Tamedia, un plan social pour les « 41 du Matin » qui soit adapté à la situation difficile ne représenterait qu’une petite partie.

impressum déplore que le groupe, en Suisse romande, n’ait pas respecté la CCT en matière de droits de consultation pour la fermeture du titre Le Matin en juillet 2018. impressum ne comprend pas pourquoi Tamedia préfère payer des avocats et des arbitres plutôt que d’offrir un plan social digne à 41 personnes qui ont été de fidèles employés, qui ont vécu dans l’insécurité deux ans durant et qui se trouvent maintenant pour la plupart dans la précarité.

Au vu des résultats, Tamedia doit accepter la revendication déposée par les rédactions romandes d’un gel des licenciements durant au moins deux ans. Tamedia doit investir dans le journalisme. Tamedia doit utiliser les bénéfices des sites commerciaux numériques pour investir dans le journalisme. Tamedia doit investir dans les rédactions afin que les titres gardent leur identité, comme ceux de la Tribune de Genève à Genève et du Bund et de la Berner Zeitung à Berne. Tamedia pourrait ainsi non seulement promouvoir la diversité mais aussi sa propre crédibilité en tant qu’entreprise.

Newsletter