impressum dénonce des attaques verbales et homophobes contre une journaliste membre

Une journaliste, membre d’impressum – Les journalistes suisses, travaillant à la Tribune de Genève et 24 Heures, est la cible d’attaques verbales et homophobes inadmissibles de la part de l’idéologue négationniste d’extrême-droite Alain Soral et des lecteurs de son blog. Ces agissements inacceptables doivent absolument être sanctionnés par la justice pénale et civile.

L’extrémiste de droite Alain Soral, exilé en Suisse depuis deux ans, s’insurge dans une vidéo diffusée sur Internet contre un article récent de la Tribune de Genève et 24Heures. Non content de critiquer l’article, il s’en prend à la vie privée de son auteure, de notre membre, journaliste à la Tribune de Genève et 24heures. Notre membre est traitée de «grosse lesbienne». «Cette militante queer qui se bat aussi pour les migrants» fait partie d’un groupe de gens «ultraminoritaires» qui le «harcèlent», prétend-il.

impressum dénonce vivement de telles attaques verbales. Le polémiste ne s’en prend pas seulement au fond de l’article, mais attaque personnellement son auteure, notre membre, sur sa vie privée. Sur Internet, il fait déferler un appel à la haine, ici homophobe. impressum constate que de telles attaques sur les réseaux sociaux se multiplient. C’est d’autant plus grave qu’elles s’en prennent aux «chiens de garde» de la démocratie et foulent aux pieds la fonction particulière des journalistes dans la société, qui rendent possible la libre formation de l’opinion publique sur des sujets d’intérêt général, ce qui est fondamental dans notre démocratie. «Les propos tenus par Soral sont abjects, choquants et indignes de notre ordre démocratique. Ils doivent être combattus avec la plus grande vigueur. Nous exprimons toute notre solidarité envers notre consoeur et invitons cette fois la justice à intervenir dans les meilleurs délais», souligne Edgar Bloch, co-président d'impressum. 

De telles attaques violent la loi et sont des atteintes à la personnalité, protégée tant par le droit civil que le droit pénal. Le Code pénal suisse sanctionne ces discriminations et incitations à la haine homophobe dans l’article 261bis, entré en vigueur le 1er juillet 2020 après une votation populaire.

Nous assistons volontiers notre membre dans cette période difficile, en la conseillant et en lui apportant du soutien.

Agenda

Aucune actualité disponible.

Newsletter