Condamnation d'Alain Soral pour diffamation envers une journaliste

Le Tribunal d’arrondissement de Lausanne a condamné Alain Bonnet Soral pour diffamation suite à une vidéo dans laquelle il a tenu des propos à l’encontre d’une journaliste, de surcroit membre d’impressum.

Par ordonnance pénale du 4 avril 2022, le Ministère public du canton de Vaud avait reconnu Alain Soral, coupable de diffamation, discrimination et incitation à la haine. Cette condamnation faisait suite à des propos tenus par le polémiste dans une vidéo publiée sur le site internet E&R (Égalité et Réconciliation) par lesquels il avait eu un discours homophobe envers la journaliste Cathy Macherel, en raison de ses articles publiés dans les quotidiens 24 Heures et La Tribune de Genève, la traitant notamment de « grosse lesbienne militante pour les migrants" et de "queer », un terme qu'il veut synonyme de "désaxé".

Ayant fait opposition à l’ordonnance pénale rendue par le Ministère public, Alain Soral comparaissait ainsi devant le Tribunal d’arrondissement de Lausanne. Alors que la défense plaidait l’acquittement, le Procureur a confirmé son ordonnance pénale, demandant une peine de prison ferme de 3 mois. « La Suisse n’est pas la Soralie » a-t-il notamment tonné lors de l’audience, comparant notamment l'argumentaire d'Alain Soral à « de la crème fouettée avec beaucoup de volume mais peu de substance ». 

Le verdict est ainsi tombé ce vendredi 16 décembre 2022. Alain Soral est condamné à une peine ferme de 30 jours-amende à 50 francs pour diffamation. Les infractions de discrimination et d’incitation à la haine n’ont pas été retenues par le Tribunal. Notre membre Cathy Macherel est plutôt « satisfaite de la condamnation pour diffamation car on ne peut pas réduire une journaliste à son orientation sexuelle. Cependant, mes sentiments sont tout de même ambivalents car la juge n’a pas retenu l’incitation à la haine. La publication de la vidéo et de ma photo ont pourtant déclenché une tempête de propos homophobes à mon encontre. Je souhaite remercier toutes les personnes qui m’ont entourée lors de cette procédure, en particulier ma famille, mes amis, mon employeur et mon syndicat impressum pour leur soutien ».

Pour impressum – Les journalistes suisses, présente au procès, ce verdict n’est pas entièrement satisfaisant. Il n’est en effet pas acceptable que des journalistes subissent de tels propos injurieux, haineux, calomnieux et discriminatoires dans l’exercice de leur profession, d’autant plus lorsque ces attaques personnelles sont discriminatoires. Les violences contre la communauté LGBTQIA+ continuent de se répandre plus rapidement à l’ère numérique, notamment par les réseaux sociaux. impressum aurait souhaité un message plus fort du Tribunal contre ce genre de propos. 

Agenda

Deposez votre dossier de candidature entre le 1er février et le 31 mars 2023.

Lire la suite

JournaFONDS vise à stimuler les projets d’enquête et de reportage journalistique sur des sujets d’intérêt public.

Prochain délai candidature: 28.02.2023.

Lire la suite

Rétrospective amusante des principaux événements des 12 derniers mois de 50 caricaturises et cartoonistes suisse.

Helvetiastrasse 16, 3006 Berne

jusqu'au 26.02.2023

Lire la suite

Soirée de discussion en lien avec les médias

24 janvier 2023, 18h00, Université populaire, Lausanne

Lire la suite

Newsletter