Témoignages

Pourquoi choisir impressum?

L'assistance et la protection juridique sont des prestations essentielles d'impressum pour ces membres.

Voilà des témoignages de membres confirmant l'importance de ce soutien:

Laurent, journaliste RP membre de la section valaisanne d'impressum
Par ces quelques lignes, je tiens à exprimer à Mme Dominique Diserens mes plus vifs remerciements pour le soutien qu'elle m'a apporté lors d'un litige avec un hebdomadaire suisse alémanique qui avait repris mot pour mot un de mes articles.
Par ses conseils avisés, Mme Diserens a très bien su démontrer l'ampleur de la contrefaçon en soulignant, avec les termes juridiques idoines, la gravité de tels agissements.
Cette bien triste affaire a pu être résolue à mon entière satisfaction grâce à Mme Diserens qui a notamment avancé les arguments suivants: "Nous vous informons que vous avez violé plusieurs fois le droit d’auteur de notre membre: en ayant repris l’article sans lui demander son autorisation; en ayant repris non pas des extraits mais la totalité de l’œuvre et en ayant omis de citer le nom de l’auteur. En l’attribuant à un tiers, vous avez en outre violé le droit moral de son auteur qui est celui inaliénable d’être mentionné comme auteur. Toutes ces violations du droit d’auteur entraînent des sanctions pénales et civiles."

Anne
A la suite d'un litige avec un éditeur romand à propos d'une question de droits d'auteur, j'ai pris contact avec impressum dont je suis membre depuis un nombre d'années que je préfère ne pas compter. Dominique Diserens, du service juridique, s'est emparée de mon cas. Grâce à ses messages percutants et son opiniâtreté, gardant l’œil ouvert pendant plusieurs mois, l'affaire a été enfin réglée. Je lui suis infiniment reconnaissante. Elle m'a épargné des démarches désagréables.

Louise*
"À la suite d’un licenciement économique lié à la pandémie du coronavirus, j’ai fait appel à impressum pour trouver un accord avec mon employeur. Celui-ci m’avait licenciée alors que j’étais malade et que j’avais prévenu la rédaction en chef et les ressources humaines. Je remercie Dominique Diserens pour son soutien, sa disponibilité et son écoute tout au long de cette procédure. Grâce à elle, j’ai pu faire valoir mes droits. Désormais, je peux regarder vers l’avenir."

Julie, Neuchâtel
"Licenciée, avec deux collègues, lors d’une restructuration, un peu précipitamment à cause de la pandémie de Covid-19, j’ai pu bénéficier du soutien d’impressum et de l’aide de Dominique Diserens dans toutes mes démarches. Elle a négocié pour nous les meilleures indemnités et conditions possibles, faisant valoir nos droits et notre voix. Outre l’aide administrative, Dominique Diserens nous a soutenus, aidés et conseillés, avec une grande disponibilité et beaucoup d’empathie. Cette aide a été très précieuse dans ces moments difficiles et son accompagnement m’a permis de pouvoir rebondir plus rapidement. Je l’en remercie vivement!"

Sabine*
"J’ai été brillamment assistée lors du litige qui m'opposait à mon employeur. Un accord a pu être trouvé et votre intervention y a été déterminante.
Je tiens sincèrement à vous remercier de m'avoir apporté votre concours. Votre aide ainsi que vos conseils ont étés très précieux."

Frédéric*
"Licencié et considéré comme un paria après un long bail dans la même entreprise, j'ai trouvé chez impressum un soutien, un conseil et une aide aussi efficace que bienveillante. Grâce au travail de Dominique Diserens, j'ai pu obtenir une indemnité de départ satisfaisant. Mais au-delà du strict aspect financier (outre l'indemnité, je n'ai pas eu à débourser un centime), le soutien de Mme Diserens m'a épargné bien des tourments, d'ordre psychologique notamment. Ainsi, au lieu de mettre toute mon énergie dans un long et fastidieux combat, j'ai pu profiter du travail d'impressum pour anticiper la suite et trouver des solutions quant à mon avenir professionnel. En cela, impressum m'a permis de rebondir et je l'en remercie vivement."

Maurice*
"Je tiens par ces mots à exprimer ma reconnaissance et mes remerciements à impressum pour son soutien et ses actions dans le cadre d'une affaire d'atteinte de droit à la personne dont j'ai été victime.
Durant plusieurs mois et sans relâche, Dominique Diserens et Fatimata Niang ont fait face aux pressions. Leur travail a mené à la signature d'un arrangement satisfaisant avec la partie adverse.
Un grand merci!"

Stéphane Jeanrenaud, 53 ans, TV Onex (GE)
"impressum m'a été d'un secours à 180°. D'abord, ça a été ma boussole éthique. Je les ai consultés à plusieurs reprises avant de diffuser une information délicate. Quand je sortais l'info, j'étais inattaquable. Ensuite, je me suis retrouvé en conflit dans mon entreprise. impressum m'a accordé son assistance juridique et m'a tiré d'affaire. Enfin, quand j'ai été en difficulté financière, j'ai pu bénéficier du fonds d'entraide qui m'a donné un bon coup de pouce."

Véronique*, 35 ans, journaliste RP vaudoise
"Je n'aurais jamais eu les moyens de faire valoir mes droits seule, sans l'aide juridique d'impressum. Je serais partie sans demander mon reste, avec un sentiment cruel d'injustice. Ceux qui rechignent à payer leur cotisation ne se rendent pas compte à quel point cette entraide peut être précieuse.
Et puis, si j'avais dû me défendre avec une aide juridique traditionnelle, je n'aurais jamais eu de conseils aussi avisés. impressum a su défendre mon dossier pour que l'assistance juridique me prenne en charge. Ils ont su à qui m'adresser et quels points mettre en avant dans ma défense. impressum est aux journalistes ce que l'ASLOCA est aux locataires!"

Pierre Thomas, 65 ans, journaliste libre
"Quand on est journaliste libre, on est le maillon le plus faible dans un journal. Par exemple, le statut de collaborateur régulier n'existe plus dans la convention collective de travail. Pourtant, impressum est parvenu à le faire reconnaître pour moi-même par deux fois devant les tribunaux qui ont donc admis des droits étendus par rapport à un pigiste au coup par coup. J'ai notamment obtenu le paiement de mon droit aux vacances. L’appui des avocats d'impressum a été absolument déterminant. Chaque cas est particulier et un salarié peut aussi avoir besoin d’impressum pour récupérer quelque chose qui lui est dû!"

Cécile*, 36 ans, canton de Vaud
Mon poste a été supprimé pour raisons économiques. Très peu de temps après avoir été créé, soit durant ma période d’essai. Je me suis donc retrouvée sans emploi du jour au lendemain. Après de nombreuses discussions avec mes anciens collègues, j’ai décidé d’appeler impressum. Je ne pensais pas avoir droit à quoique ce soit, mon ancien employeur ayant respecté les délais légaux. Mais il s’avère que j’avais des droits, que je les ignorais, et mon interlocutrice m’a aidée dans les démarches à entreprendre. impressum a surtout été d’un grand soutien moral, dans une situation difficile. Je ne pense pas que j’aurais agi sans cela.

Florence*, 45 ans, canton du Valais
"Je n’allais pas très bien psychologiquement. Je subissais des pressions. impressum a été là pour mettre des garde-fous. Mon interlocuteur chez impressum a été là pour avoir du courage au moment où je n’en avais plus. Les pressions multiples et un contexte intenable m’ont amenée à démissionner de ma rédaction. impressum a obtenu un mois de salaire supplémentaire alors que ma démission m’avait pénalisée au chômage. Mon interlocuteur chez impressum n’a pas été que juridiquement formidable, mais psychologiquement aussi. Savoir qu’on n’est pas seule dans ces moments-là, c’est pas rien!"

Audrey*, 44 ans, canton de Neuchâtel
"Après avoir été journaliste indépendante, j’ai fini par accepter un poste de chargée de communication. Au bout d’un mois de travail, pas de salaire. J’ai fait une mise en demeure et j’ai immédiatement reçu ma lettre de licenciement en retour. C’est ce qu’on appelle « un congé représailles ». Heureusement, j’étais membre d’impressum et à ce titre, j’avais la protection juridique. Sinon, je ne me serais pas battue, car les frais de justice auraient vite été plus élevés que la somme qu’ils me devaient. Les entreprises de ce genre comptent sur cela et le fait que les employés sont vite démunis face aux procédures à entreprendre. Beaucoup vont donc renoncer dès le départ. Là, je pouvais me reposer sur les juristes d’impressum qui n’ont pas lâché le morceau. impressum a obtenu 6 semaines de salaire et la reconnaissance d’un licenciement abusif. impressum m’a permis de ne pas me retrouver seule et démunie. Moralement, ça m’a aussi beaucoup aidée de savoir que j’étais couverte par ma protection juridique."

Jean, 48 ans, canton de Fribourg
"J’étais délégué du personnel. On ne s’attend jamais à être licencié sur le champ. L’ordre m’a été intimé de quitter mon poste de journaliste dans les cinq minutes. Sitôt la nouvelle connue, impressum m’a contacté pour en savoir plus. Etre renvoyé séance tenante m’a laissé sans plus aucun moyen. J’étais totalement désemparé. impressum a su mettre des mots sur ce qui m’était arrivé et me dire mes droits. Par sa connaissance des normes légales, mais aussi par son empathie, impressum m’a redonné confiance. Son soutien durable et sans faille m’a permis d’entamer une démarche en justice. Le verdict du tribunal de première instance, cinglant à l’encontre de mon ex-employeur, m’a redonné ma dignité, quand bien même ce dernier a fait recours."

Matthieu, 46 ans, canton de Genève
"impressum a vraiment été un appui quand je me suis retrouvé dans une situation complexe à laquelle je n’avais jamais été confronté. impressum bénéficie d’une connaissance et d’une expérience du milieu journalistique romand qui est précieuse quand on se retrouve dans des situations inédites. Pour moi, impressum a été un soutien important lors de pressions qui se sont atténuées lorsqu’impressum est rentré dans le jeu."

Juan, 66 ans, canton de Genève
"Je suis resté affilié durant 35 ans sans jamais avoir besoin de l’aide d’impressum. Mais un jour, j’en ai eu besoin. Et croyez-moi, ce jour arrive pour tous. Un beau jour, voilà que je reçois une convocation de la police pour une plainte en diffamation. impressum s’est mobilisé im-mé-dia-te-ment. Dans la journée! J’ai pu me présenter mieux armé à la police. J’ai eu le libre choix de l’avocat. C’était important car mon histoire nécessitait la maîtrise de plusieurs langues. Mon article était écrit en espagnol pour une histoire qui se déroulait au Tessin et en Argentine et mon jugement avait lieu en zone francophone, à Genève. Grâce à impressum et à l’avocat plurilingue et talentueux que j’avais pu choisir, nous sommes parvenus à un accord satisfaisant".

Un membre romand d’impressum
"Au moment de s'acquitter des cotisations annuelles, l'assistance juridique garantie aux membres d’impressum ne vient pas forcément à l'esprit. Membre actif depuis près de trente ans, j'ai eu à deux reprises recours à cette aide, en tant que salarié à la fin des années quatre-vingt, et ces dernières années en tant qu'indépendant. Dans l'un et l'autre cas, je n'ai pas eu à débourser un franc pour des frais d'avocat et des démarches qui se sont poursuivies pendant plus d'un an. Dans de telles situations, pouvoir compter sur des intermédiaires aux faits des droits et enjeux des deux parties concernées, n'a simplement pas de prix. Pensez-y, en cas de difficulté: c'est évidemment grâce à la solidarité des autres affiliés qu'une telle assistance juridique peut être assurée."

* prénoms fictifs

Voir ici pour les temoignages des "41 du Matin"

Newsletter